Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Libertés > Goodyear, l’acharnement continue
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
7 DES 8 DE GOODYEAR CONDAMNÉS EN APPEL À DES PEINES DE PRISON AVEC SURSIS
Goodyear, l’acharnement continue
mercredi 11 janvier 2017


Le jugement vient d’être rendu le 11 janvier dans le procès en appel (19 octobre 2016) des 8 syndicalistes de Goodyear. L’avocat général avait requis à l’audience deux ans avec sursis. En première instance le 12 janvier 2016, les huit salariés poursuivis, dont cinq militants CGT, avaient été condamnés à deux ans de prison dont neuf mois ferme.

Ce 11 janvier, quatre des salariés, dont Mikael Wamen, l’ancien responsable du syndicat CGT de l’usine, ont été déclarés coupables de séquestration et condamnés à 12 mois avec sursis. En revanche, ils ont été relaxés du chef d’accusation de "violences en réunion". A l’inverse, trois salariés ont été relaxés du chef de "séquestration" mais déclarés coupables de "violences en réunion". Deux d’entre eux ont été condamnés à trois mois avec sursis, le troisième à deux mois avec sursis. Le huitième salarié poursuivi, a été totalement relaxé.
Mickael Wamen a annoncé qu’il se pourvoit en cassation.

Le 16 septembre dernier, à l’initiative des Réseaux citoyens et du comité pour la relaxe des 8 de Goodyear, une soirée de solidarité avait rassemblé une soixantaine de personnes autour du film de Mourad Laffitte "Liquidation". Soirée précédée du vernissage d’une expo de photos à la galerie Noir&Blanc. (Voir)

Lors du procès en appel le 19 octobre à Amiens, 10 000 personnes s’étaient rassemblées pour soutenir les 8, et des meetings de soutien avaient eu lieu le même jour dans 40 villes du pays. (Voir)

A St-Etienne, 150 personnes s’étaient rassemblées pendant midi place Jules Ferry vers centre2.



La confédération CGT :

Goodyear, l’acharnement continue

La mobilisation des Goodyear visait en premier lieu à défendre l’emploi dans une région sinistrée industriellement. Le tribunal d’Amiens vient de rendre son verdict dans le procès en appel.

Une relaxe totale pour l’un des huit ex-salariés et des peines de prisons avec sursis jusqu’à 12 mois pour les sept autres, avec une mise à l’épreuve de cinq ans et l’inscription au casier judiciaire.

C’est totalement inacceptable que la justice s’acharne, alors même qu’il n’existe plus aucun plaignant, la direction de l’entreprise et les cadres ayant retiré leurs plaintes.

Comment donc, justifier cette décision, si ce n’est de vouloir éteindre toute forme de contestation des salariés face à des décisions d’entreprise iniques et injustes.

C’est une nouvelle atteinte contre la démocratie sociale et le droit dans notre pays.

Le combat pour la relaxe doit continuer, être syndiqué, défendre l’emploi, ne doit pas être un délit.

La CGT restera mobilisée contre toute atteinte aux libertés syndicales.

Montreuil, le 11 janvier 2017.

http://www.cgt.fr




Dans la même rubrique :
Soirée de solidarité et de réflexion lundi 2 mai
Banlieues : les vraies urgences
"Juger" : une conférence-débat avec le juge Serge Portelli à la Médiathèque de St-Etienne
5500 personnes demandent la relaxe de Martin, Nina, Jules et Yvan jugés le 13 juillet pour les actions contre la “loi travail” à St-Etienne
Liberté d’expression : un poids, une mesure
Refusons la déchéance de nationalité et la constitutionnalisation de l’état d’urgence
Justice pour Théo !
Pièces et Main d’oeuvre : une réflexion sur les nanotechnologies
Avec toi Martin, avec vous Nina, Jules et Yvan !
Université de St-Etienne : des sanctions politiques contre 9 étudiant-e-s.




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil