Mon site SPIP

Accueil > Collectif Liberté Justice Palestine > Arrêter Sharon, criminel de guerre en exercice

Des heures dramatiques en Palestine...

Arrêter Sharon, criminel de guerre en exercice

Non à sa visite annoncée en France !

mardi 23 mars 2004

Du terrorisme d’Etat : voilà la politique de Sharon, la seule qu’il sache faire. La politique du pire, la politique d’une puissance coloniale, décidée à écraser le peuple Palestinien avec le feu vert des extrémistes de l’équipe Bush.
Parlant sur France Inter, ce mardi matin 23 mars, Leila Chahid a dit que depuis septembre 2000, date de la provocation de Sharon sur l’Esplanade des Mosquées qui a déclenché la 2ème Intifada, 2.888 Palestiniens ont été tués, 41.000 ont été blessés. Pour le seul mois de mars 2004, il y a eu 68 assassinats dans les territoires occupés.
Leila Chahid a demandé une fois de plus l’envoi d’une force internationale de protection du peuple Palestinien.

L’assassinat ce lundi matin à Gaza du Sheikh Ahmed Yassin, fondateur et dirigeant politique du Mouvement de la Résistance Islamique (Hamas) a pour objectif de mettre la région à feu et à sang, d’instaurer le chaos qui permettrait au pouvoir et à l’armée israélienne de généraliser la tuerie, au nom de la riposte au terrorisme.
Pour justifier sa politique et de nouvelles tueries, Sharon cherche à provoquer de nouveaux Madrid.
Sheikh Ahmed Yassin a été tué dans son fauteuil roulant, à la sortie de la mosquée. 7 autres personnes ont été tuées et 17 ont été blessées lors de cet assassinat effectué par un hélicoptère qui a tiré 3 missiles.
En assassinant le chef d’un mouvement, le Hamas, dont il avait lui-même favorisé l’émergence dans les années 1980, le gouvernement israélien sait pertinemment qu’il frappe aussi un symbole religieux, touchant l’ensemble du monde musulman, et plus seulement la Palestine. Cet assassinat ne répond à aucune considération "opérationnelle", d’autant moins que dans la période récente, le Cheikh Yassine avait fait de manière répétée des offres de trêve à Israël, avec suspension des attentats contre la population civile israélienne en échange d’une suspension des assassinats ciblés.

Les dirigeants israéliens, qui se considèrent comme la pointe avancée de l’Occident dans le monde musulman, veulent la généralisation de la guerre, et ils ont été les premiers à traiter le peuple espagnol de « lâche », et de « dégonflé », pour avoir sanctionné électoralement le belliciste Aznar, et obtenu l’annonce du rapatriement du contingent de l’armée espagnole en Irak.
C’est également l’analyse du pacifiste israélien Uri Avnery, qui a mis en garde ses compatriotes sur la folie meurtrière de leurs dirigeants : "en assassinant Cheikh Yassine, écrit Avnery, Sharon et sa clique ont ouvertement déclaré la guerre à l’ensemble du monde musulman, et détruit ainsi un peu plus encore les chances de résolution, aussi maigres qu’elles aient été, d’un conflit jusqu’à présent circonscrit, vaille que vaille, à une sphère binationale."

Elias Sanbar, directeur de la Revue d’études palestiniennes, parlant aussi sur France Inter, et qui pense que cet assassinat a aussi pour but de liquider l’autorité Palestinienne, met en garde contre l’assassinat possible dans la prochaine période de Yasser Arafat.
Attention : les sbires de Sharon ont annoncé que les assassinats allaient se poursuivre. Toutes les lois internationales sont piétinées par cette équipe de criminels.

Non à la visite annoncée de Sharon en France

En février, répondant à une question d’un journaliste du Figaro lors de la visite en France du Président israélien Katzav, D. De Villepin avait déclaré : “D’autres visites suivront, notamment celle d’Ariel Sharon en avril prochain”.
La venue annoncée d’Ariel Sharon ne pourrait avoir qu’un sens : montrer au monde que les dirigeants français, “rééquilibrent” leur politique au Proche-Orient dans le sens de celle de Bush, c’est-à-dire abdiquent toute volonté (essentiellement des mots hélas depuis plusieurs années) de faire respecter les droits du peuple palestinien.
Il n’est pas question d’accepter la réception de ce criminel de guerre en France. Ce serait une infamie pour la France, une complicité avec ce qu’est en train de faire Sharon en Palestine occupée.
De nombreuses démarches de protestation s’organisent.

Plusieurs organisations (premiers signataires : CAPJPO - AFPS - CCIPPP - Coordination des comités Palestine - GUPS, Abnah Philistine, AFPEC, Association des Palestiniens de France...) appellent à un rassemblement ce mercredi 24 mars à 18 h 30, devant le Ministère des Affaires étrangères, rue de Constantine à Paris, pour :
- L’annulation de la réception en France du criminel Sharon
- La protection internationale du peuple palestinien.
- Des sanctions contre Israël

La Capjpo - Coordination des Appels pour une Paix Juste au Proche Orient - appelle à envoyer rapidement des milliers de lettres à Jacques Chirac. Il suffit pour cela d’écrire (en sachant que le courrier adressé au Président de la République n’a pas besoin d’être affranchi) à :
Président de la République
55, rue du Faubourg Saint-Honoré
75008 Paris

Des cartes postales ont été éditées et peuvent être commandées.
 
La CAPJPO publie sur son site un rappel des faits et gestes de ce criminel de guerre en exercice qu’est Sharon.
Qui est Sharon ?

Plus d’informations tous les jours sur :

Le site de la CAPJPO

Le site des Missions civiles

Le site de Solidarité Palestine

Le site de l’ISM

 

Messages

  • La réaction d’Uri Avnery (Gush Shalom) à l’assassinat de Sheikh Yassine : "C’est pire qu’un crime, c’est stupide !"

    "C’est le début d’un nouveau chapitre dans le conflit Israélo-Palestinien. Ca déplace le conflit du niveau d’un conflit national solvable au niveau d’un conflit religieux, qui, du fait de sa nature, est insolvable.
    La destinée de l’état d’Israël est, aujourd’hui entre les mains d’un groupe de personnes dont les perspectives d’avenir sont primitives et la perception des choses attardées. Ils sont incapables de comprendre les dimensions mentales, émotionnelles et politiques du conflit. C’est un groupe de politiciens et de responsables militaires incompétents qui ont échoué dans toutes leurs actions. Ils essaient de couvrir leurs échecs par une escalade catastrophique.
    Cet acte ne met pas uniquement en danger la sécurité personnelle de chaque Israélien, dans et en dehors d’Israël, il met aussi en danger l’existence même de l’état d’Israël. Il a gravement réduit les chances de mettre un terme aux conflits Israélo-Palestinien, Israélo-Arabe et Israélo-Musulman".

    Avnery ajoute qu’au début des années 80, les autorités occupantes (Israël) ont encouragé les fondateurs du Hamas en espérant qu’ils arriveraient à créer un contre-poids à Yasser Arafat et l’OLP. Même pendant la première Intifada, l’armée et les services de sécurités ont octroyés un traitement de faveur au Hamas. Sheikh Yassine n’a d’ailleurs été arrêté qu’un an après ces événements.
    "Il semble n’y avoir aucune limite à la bêtise de nos responsables politiques et militaires. Ils mettent en danger le futur de l’état d’Israël."