Mon site SPIP

Accueil > Collectif Liberté Justice Palestine > Document : voici la carte des prisons israéliennes

Document : voici la carte des prisons israéliennes

mercredi 18 août 2004

Voici la carte des prisons israéliennes, dans lesquelles sont enfermés plus de 7 500 prisonniers résistants palestiniens, dont 450 enfants, 102 femmes, et deux bébés.
Pour télécharger la carte des prisons, voir en fin de message.

Il y a trois sortes de prisons :

Les prisons militaires :
- Meggido
- Ofer
- Naqab (Ketziot)

Les prisons centrales et sections d’interrogatoire :
- Akka
- Al-Jalame
- Shatta
- Haddarim
- Telmond
- Petah Tikva
- Ramleh
- Moskobiyya
- Ascalan
- Beer Saba’
- Nafha

Les centres de détention :
- Salem
- Kadamin
- Huwwara
- Beit El Benyamin
- Atzion
- Eretz

Les prisonniers palestiniens ont commencé le 15 août un mouvement de grève de la faim illimitée.
Ce mouvement touche les prisons de Nafhah et Eshel (dans le sud d’Israël) ainsi que celle de Hadarim (au nord de Tel-Aviv). Les grévistes se nourrissent uniquement de liquides, notamment de lait, a ajouté le porte-parole...
Par ailleurs, le 18 août, les prisons suivantes rejoignent le mouvement de grève : Ascalan, Ramleh (femmes), Telmond (jeunes), Ramleh et centre d’isolement de Ramleh, Gilboa, et ainsi le nombre de grévistes atteindra 4000 prisonniers...
M. Qaraqi’ a également indiqué que le député Marwan Barghouti est en grève de la faim dans sa cellule d’isolement dans la prison de Beer Saba, il est isolé de tout contact avec l’extérieur, depuis que la direction des prisons lui a confisqué la télévision, la radio, et interdit de lui faire parvenir les journaux.


Mercredi 18 Août 2004 / transmis par jean-claude.perron, sur la liste Assawra
Point d’information sur la grève de la faim des prisonniers palestiniens et la mobilisation des comités de soutien

De : Mahmoud Ziadeh
Date : Wed, 18 Aug 2004

Le 15 août, 1500 à 1700 prisonniers ont commencé la grève de la faim dans 4
prisons israéliennes.

A compter du 18 août, au total, 4000 prisonniers seront en grève de la faim
illimitée, soit tous ceux qui sont dans les prisons.

3500 prisonniers dans des camps se joindront à eux/elles pour un jour
seulement, car ce sont des personnes non-jugées qui vivent dans de
meilleures conditions que les prisonnier-es condamné-es. Les camps sont des
campements sous tentes et les conditions y sont moins pénibles, parce que
gardés par l’armée et non l’administration pénitentiaire. C’est curieux,
mais c’est ainsi...

Dans les prisons, les conditions se sont durcies : transferts incessants des
prisonniers dans des cellules différentes, suppression du sel alors que les
prisonniers ne boivent que de l’eau salée, suppression de tout moyen de
communication avec l’extérieur : plus de droit de visite pour les familles
et les avocats, plus de journaux et d’accès à la radio-TV, plus de papier
pour écrire.

L’administration des prisons est même allée jusqu’à faire venir des
prisonniers israéliens pour cuisiner de la viande au barbecue sous le nez
des grévistes palestiniens...

Le ministre israélien de la sécurité publique Hanegbi a déclaré qu’il ne
satisferait aucune des revendications des prisonniers sur leurs conditions
de détention et les traitements subis, et qu’il les laisserait mourir de
faim... [cité par le Herald Tribune].

Le ministre de la Santé Naveh a déclaré mardi 17 au journal Yediot qu’il
exigeait des hôpitaux israéliens de refuser d’accès aux soins pour les
prisonniers palestiniens grévistes de la faim affaiblis et maladies...

Dans chaque ville, les différents comités de soutien aux prisonniers ont
installé des tentes et assurent chaque jour, par leur présence active, les
prisonniers de leur solidarité. La presse locale et arabe internationale
diffuse des émissions sur le sujet.

Certaines mères de prisonniers refusent de s’alimenter depuis 3 jours.

Aujourd’hui 18 août, dans toutes les villes palestiniennes, manifestations
des comités de soutien au départ des campements vers les prisons, là où
elles sont accessibles.

L’Autorité Palestinienne de Yasser Arafat et le Parlement ont déclaré
soutenir cette grève et vouloir observer eux aussi un jeune de 24 h.

Les leaders des partis politiques se joindront également au mouvement.

De grosses manifestations ont déjà eu lieu à Gaza.

A Hébron, travailleurs et commerçants se sont mis en grève par solidarité
avant-hier pour une journée.

C’est donc toute la société palestinienne qui entre dans le mouvement.

Mais pour l’instant, le Comité des Familles [qui a rassemblé 14 000
personnes le 17 avril, journée nationale des prisonniers en Palestine, rien
que pour la région de Ramallah] n’a aucune nouvelle directe de ce que
subissent les prisonniers dans les geôles israéliennes...

Il demande donc que la pression internationale s’accroisse et que les
militants et les organisations continuent à s’adresser aux autorités
israéliennes pour exiger que les revendications des prisonniers, qui sont
d’ordre humanitaire international (visites, soins, arrêt des mauvais
traitements...) soient satisfaites.

Des communiqués de presse peuvent également être adressés aux médias pour
alerter l’opinion.

Pour le Comité des Familles,
Mahmoud Ziadeh
[relayé par Noëlle et Anna, membre des Missions Syndicale et Civile
Françaises pour la Protection du Peuple Palestinien, actuellement à
Ramallah]

18 août
Raghida OUSSEIRAN
Complément d’informations sur le développement de la grève

Aujourd’hui, 18 août, les prisonniers se trouvant dans les prisons centrales
non encore grévistes, rejoignent le mouvement, alors que seules trois
prisons centrales ont commencé le 15 août :
Nafha, Haddarim et Beer Saba’.
Les prisonniers se trouvant dans les prisons militaires, sortes de
campements (tentes dressées) soit à Ofer, Naqab (Ketziot) et Meggido
rejoignent aujourd’hui, avec leur programme spécifique. Ces prisonniers ne
peuvent survivre s’ils engagent la grève de la faim comme les autres. Depuis
toujours, les prisonniers des prisons militaires n’ont jamais pu suivre un
mouvement de grève de la faim illimité. Ils mènent des actions ponctuelles,
comme la grève d’une journée, renouvelée à intervalles, et font des
rassemblements de protestation.
Ce matin, à 11 heures 30, heure locale, un rassemblement a eu lieu devant la
prison de Beer Saba’ (gréviste, et où se trouve le député Marwan Barghouty).
Les organisations nationales et islamistes de 48 y ont appelé.
Dans la ville d’al-KHalil, le rassemblement sous la tente a réuni des
centaines de personnes, dont plusieurs ont décidé d’entamer la grève de la
faim, avec les prisonniers. Les membres des familles des prisonniers se
retrouvent en permanence dans toutes les villes, sous les tentes de la
solidarité.

Portfolio