Réseaux citoyens de St-Etienne
Accueil Qui sommes-nous Nous contacter Nous aider Plan du site Admin
   
Vous êtes ici : Réseau salariat > Les capitalistes veulent s’exonérer de la fonction d’employeur.
A la une
Agenda
Albums photos
Images à la une
Envoyez la musique !
La France insoumise / Jean-Luc Mélenchon
Nous sommes Grecs
Agroécologie
Agriculture paysanne
AMAP et réseau des AMAP
AMAP-Saint-Etienne
L’avenir du mouvement des AMAP
Les Amap dans la Loire
FAQ - De la ferme au quartier
Collectif Zérogm42
Collectif "nourrir l’humanité"
Maison de la semence
G.R.A.I.N. / Via Campesina
Collectif Liberté Justice Palestine
Chroniques pour la Palestine
Moyen-Orient et monde arabe / Georges Corm
Réseau RESF
Réseau Solidarité Rroms
Egalité des droits / Antiracisme
Une école pour tou(te)s
Survie / Françafrique
Quelle connerie la guerre !
Collectif "personne à la rue !"
Justice sociale / Droits sociaux
Assises droits sociaux
Forum des droits sociaux
Logement
Non au CPE !
Santé
Services publics
Travail / Emploi / Retraite
Portail pour l’accès aux droits sociaux
Le travail social dans la crise
Terrain d’entente
Groupe de réflexion "travail travail !"
Réseau salariat
Ecole / Education populaire
Justice écologique
Collectif Action Climat - CLAC
Sortir du nucléaire
Démocratie
Démocratie participative
Porto Alegre/St-Etienne
Libertés
Europe
Sortir du capitalisme
TAFTA
Changer la mondialisation ?
Forums sociaux
Changer la gauche ?
Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls
Gouvernement Sarkozy
Chronique d’une élue citoyenne
Ville de Saint-Etienne
Conseil municipal
Elections municipales 2008
C’est notre histoire
Culture / idées
Les Héroïnes
Libres paroles
Des livres, des films, des sites...
Cafés citoyens au Remue-Méninges
Atelier de philosophie
Université Populaire - Laboratoire Social / Collectif Malgré Tout
Médias
Qui sommes-nous
Réseaux/Associations
"REMPLACER LES SALARIÉS NON PAS PAR DES ROBOTS OU DES LOGICIELS, MAIS PAR DES TRAVAILLEURS EXTERNES À L’ENTREPRISE" SELON LE JOURNAL PATRONAL "LES ECHOS"...
Les capitalistes veulent s’exonérer de la fonction d’employeur.
dimanche 29 janvier 2017, par Georges Günther


De plus en plus la presse liée à la finance et au patronat s’intéresse au revenu de base.
Le journal patronal Les Echos vient de produire un nouvel article sur le sujet intitulé "La raréfaction du travail, vieux débat et faux problème", article éclairant sur les projets actuels du patronat de s’exonérer de la fonction d’employeur en s’attaquant au salariat pour une régression considérable vers des statuts de sous emploi.

Que dit cet article daté du 25 janvier ?
D’abord que la justification d’un revenu de base par la fin du travail, à cause de l’explosion de la robotisation et de l’intelligence artificielle, n’est pas sérieuse. Il n’y aura pas autant d’emplois de supprimés que ce qu’on avait pensé au départ. Les dernière études ont revue nettement à la baisse les prévisions initiales : " En s’attachant à détailler plus finement, au sein d’une même profession, les tâches automatisables et celles qui ne le sont pas, les derniers travaux sur le sujet ont revu nettement la menace à la baisse. En mai 2016, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) évaluait à 9 % en moyenne la part des emplois « à risque » dans ses pays membres. Il y a dix jours, le Conseil d’orientation pour l’emploi (COE) avançait dans sa propre étude un chiffre similaire pour la France : « moins de 10 % » des métiers seraient mis en danger par l’automatisation". Et puis, en même temps que des emplois seront supprimés, d’autres apparaitront : "Dans une étude parue l’an dernier, France Stratégie mettait ainsi en parallèle les quelque 200.000 postes de secrétaires disparus en France depuis les années 1990 et les 250.000 postes d’ingénieurs et cadres de l’informatique et des télécoms apparus sur la même période."

Des travailleurs "à la demande"

Donc, pour ce journal patronal, le revenu de base est mal argumenté en s’appuyant sur la suppression du travail parce que, et c’est là que les projets du patronat s’éclairent, "cette approche fait l’impasse sur la principale mutation en cours  : la montée en puissance des formes d’emploi alternatives au salariat." Il va y avoir une transformation de la nature du travail qui est déjà perceptible. La mutation technologique en cours va permettre "grâce à l’informatique mobile, au cloud et aux plates-formes de mise en relation, de remplacer les salariés non pas par des robots ou des logiciels, mais par des travailleurs externes à l’entreprise - qu’il s’agisse d’intérimaires, de prestataires sous contrat ou d’indépendants employés « à la demande »." Perspective d’autant plus réjouissante que "cela va bien au-delà des chauffeurs Uber ou des coursiers Deliveroo ".

Les capitalistes espèrent bien aujourd’hui saisir tout ce qui peut leur permettre de s’exonérer de leur fonction d’employeur pour ne plus avoir à supporter les droits conquis dans l’emploi par les luttes syndicales et sociales. Ils veulent des situations de sous emplois sous la forme de divers statuts "d’indépendants", auto-entrepreneurs ou autres. (voir : Le Revenu de Base "pour se libérer du travail", selon le magazine de la finance "Capital").

La conclusion de l’article est sous forme de programme politique : "Demain, votre emploi ne sera peut-être pas remplacé par un robot, mais il sera plus fréquemment à durée déterminée, à la demande ou réparti entre de multiples employeurs. Ce qui représente un défi majeur pour un monde du travail encore régi par près d’un siècle de salariat dominant. S’y adapter nécessitera de remodeler en profondeur notre droit du travail et notre protection sociale, pour recréer un filet de sécurité adapté à ces nouvelles formes d’emploi." Un filet de sécurité comme le revenu de base ?

Plus que jamais l’enjeu n’est pas de faire sécession par rapport au salariat et au travail, mais de défendre le salariat, non pas pour le salariat que nous connaissons avec l’emploi capitaliste et sa subordination à un employeur ou à des actionnaires, mais pour un au-delà de l’emploi avec le salaire à vie et la capacité des salariés à pouvoir décider dans leur travail de ce qui est produit, comment et où.

Georges Günther

Télécharger l’article des Echos - 85.7 ko
Télécharger l’article des Echos




Dans la même rubrique :
Le travail bénévole : Engagement citoyen ou travail gratuit ?
Pour refroidir la planète : ôter aux financiers le pouvoir de décision sur l’investissement et la production des entreprises.
Etendre la cotisation sociale, et dans le domaine de la fiscalité, se battre contre la CSG...
Forte manifestation à St-Etienne ce 15 septembre pour l’abrogation de la Loi Travail
Revenu universel et/ou Salaire à vie ?
Les banques mises en cause par les jeunes
Rapport Combrexelle : feu sur le code du travail
Contre les Partenariats Public-Privé, maîtrisons l’investissement
Une autre histoire de la Sécurité sociale
L’avertissement de Hollande-Valls-Macron au monde du travail




Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil